Centre de Phlébologie Medecine Vasculaire - Dr HATCHUEL Pierre
TRAITEMENT DES VARICES:
 SCLEROTHERAPIE A LA MOUSSE PAR CATHETERISME ENDOVEINEUX APRES ECHOMARQUAGE
 
Testé depuis 1993, l'emploi de sclérosants veineux sous forme de mousse dans le traitement des varices des membres inférieurs tend progressivement à se généraliser du fait de leur plus grande efficacité et de leur excellente sécurité. En plus, cette technique endovasculaire donne des résultats plus durables que la chirurgie classique (crossectomies, strippings divers...) ou de techniques plus récentes (laser endoveineux, radiofréquence ou autres...).
POURQUOI UNE TELLE EFFICACITE ?
1/ Par le spasme provoqué par la mousse: il est beaucoup plus intense qu'avec les sclérosants liquides et obtenu dans pratiquement 100% des cas, ce qui diminue le volume de la varice et facilite la réaction du produit.
2/ Par l'adhérence spécifique de la mousse à la paroi de la veine: les micro- bulles tapissent et collent à l'endoveine ce qui augmente le temps de contact produit-veine, seul garant d'efficacité.
POURQUOI UNE TELLE SECURITE ?
1/Parce ce que les doses de sclérosants employées en mousse sont extrèmement faibles ( 2 cc de Lauromagrocol à 0,5% à 2% pour toute une veine grande saphène dose équivalente à celle utilisé sous forme liquide en esthetique lors d'une seule séance de sclérose de varices ! ).
2/ Parce ce que l' injection -pratiquement indolore- se fait sous contrôle echographique et que tout passage extra-vasculaire est très échogène ce qui entraîne un arrêt immédiat de l'injection. De plus la mousse se comporte comme un vrai produit de contraste à l'échographie et sa progression est parfaitement suivie et maîtrisée tout le long du trajet de la veine malade.
POURQUOI UNE TELLE DURABILITE ?
1/ Par la non-miscibilité de la mousse: la mousse reste pure car elle refoule le sang sans s'y mélanger (propriété générale des mousses). Ceci permet de ne provoquer aucun thrombus (source de complication et de récidive très importante ).
2/ Par son caractère non chirurgical: la chirurgie des varices est grévée d'un taux de récidive important d'environ 50% à 10 ans (selon les études) du fait de la néo-vasculogénèse (developpement d'une nouvelle vascularisation -dûe à la cicatrisation du geste chirurgical- recanalisant les veines laissées en place), très rare en cas d'utilisation de mousse.
COMMENT SE PASSE LE TRAITEMENT?
Les varices à traiter sont repérées et marquées par balayage échographique. La mousse est fabriquée par deux seringues jetables reliés par un embout femelle-femelle. Les seringues doivent être non siliconée (idéal de serigue BD DISCARDIT II 10 cc) car ce produit détruit la mousse. Une seringue est remplie par 1 volume de sclérosant et 4 volumes d'air (par exemple : 2 ml et 8 ml) cette proportion génère la meilleure mousse. Il faut ensuite faire passer le produit alternativement d'une seringue à l'autre (10 mouvements au minimum).
En moyenne 10 ml de mousse soit 2 ml de sclérosant, suffisent pour scléroser une grande saphène et ses collatérales en une seule fois (une seule injection à face interne du genou ! ). De même, 5 ml dans le tiers moyen du mollet suffisent pour scléroser une petite saphène. Ces points d'injection sont situés dans des zones à faibles risques, c'est à dire loin des artères et des nerfs principaux. Le geste s'effectue en position allongée et sans anesthésie, car indolore, mais sous contrôle échographique. La piqûre est à peine sensible car on utilise un petit catheter munie d'aiguille très fine dans un  conditionnement stérile à usage unique.  L'injection de mousse est très facilement controlée par échographie et le produit est étalé sur tout le réseau malade. La marche et la déambulation sont immédiates et recommandées après les soins et les jours qui suivent, le port du pansement fixe se fera pendant 3 jours puis on mettra, la journée seulement, un bas de contention jusqu'au controle échographique programmé une semaine après. Il s'agit d'une méthode parfaitement ambulatoire pratiquée en cabinet qui ne nécessite aucune précaution particulière, ni aucun amènagement d'emploi du temps particulier. Seul le sport intensif, les deux semaines suivant l'intervention, est à éviter.
Le mécanisme d'action de la sclérothérapie à la mousse est donc fort simple: Il s'agit de transformer une veine variqueuse incontinente et très nuisible au retour veineux -vu que le sens du flux sanguin s'y est localement inversé (on ne detruit rien d'utile)- en un cordon fibreux imperméable, dûr et parfois un peu douloureux à la pression, les jours qui suivent les soins.
Ce cordon fibreux deviendra indolore puis se résorbera totalement dans un second temps permettant une amélioration fonctionnelle et esthetique très souvent spectaculaire. Le temps necessaire à cette résorbtion , environ un millimètre par mois, est variable largement fonction de la taille initiale de la varice. Des pigmentations résiduelles fonctions du volume initial de la vente concernée (peuvent persister quelques mois en cas de grosses varices) mais se résorbent spontanément dans 95% des cas.
QUELLES SONT LES COMPLICATIONS POSSIBLES?
1/Une petite migraine ophtalmique et quelques troubles visuels peuvent se produire une fois tous les 400 cas. Ces troubles, toujours transitoires (quelques minutes) et toujours régressifs,  représentent les seuls petits effets indésirables spécifiques de la méthode. Il sont anodins. Cette migraine peut se produire lorsque que les patients se relèvent brutalement en fin de séance. Il faut les rallonger quelques minutes pour obtenir une régression complète.
2/Une thrombose veineuse profonde par migration exagérée de la mousse aux veines profondes peut se produire une fois tous les 200 cas, c'est beaucoup moins que le risque de thrombose liée à une chirurgie veineuse classique (douze fois moins !) et infiniment moins que le risque de thrombose spontanée de varices non traitées.
3/Aucune complication mortelle n'a jamais été imputé à la pratique de la mousse sur toutes les études publiées.Des troubles du rythme cardiaque transitoires et exceptionnels ont été signalés.
QUELS SONT LES RESULTATS?
Dans la très grande majorité des cas ,le traitement amène d'abord un soulagement rapide d'éventuelles lourdeurs de jambe  puis une amélioration circulatoire et esthétique considérable mais progressive dont les effets sont complets en seulement quatre à douze semaines en fonction du volume initial de la veine malade.Le résultat est solide et durable mais la maladie étant due une atteinte génétique de la paroi veineuse forcement évolutive, le patient doit se soumettre à des contrôles cliniques réguliers,en général,une fois par an pour traiter le plus tôt possible d'éventuelles nouvelles poussées de la maladie variqueuse.
POUR QUELLES VARICES ?
- Toutes les localisations variqueuses (grandes et petites saphènes,tronculaires, réticulaires, perforantes, collatérales, dysplasies veineuses ... ). Les récidives de varices après cure chirurgicale sont des indications où le résultat est particulièrement efficace.
La taille de la varice n'est plus une limite de la méthode, même les plus grosses varices réagissent bien à ce type de traitement !
- Les antécédents de thrombose ne sont pas des contre-indications à condition de scléroser sous couverture anticoagulante transitoire.
- Seules les allergies à tous les sclérosants moussants (rarissimes ! ) peuvent faire récuser le patient.
 
FINALEMENT...
La simplicité, la sécurité, la durabilité, la rapidité et le faible coût (dû à l'absence d'hospitalisation ou d'arrêt de travail) font de ce traitement à la mousse la meilleure méthode actuelle pour éradiquer tous les types de varices.
Complément d'information sur le site www.la-mousse.com.
 
           
Docteur P.HATCHUEL